Ouvrages


11. L’agenciarisation de la politique d’immigration et d’asile face aux enjeux
de la « crise des réfugiés » en Méditerranée

sous la direction de : Rostane Mehdi
158 p., 3e trimestre 2020
ISBN : 979-10-97578-10-7

 

 

 

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Sous l’effet de la combinaison inédite de facteurs politiques, économiques et sociaux, la Méditerranée est de ces lieux où l’histoire s’est, au cours des dernières décennies, emballée.
C’est dans ce contexte que la « mer du milieu » est devenue l’épicentre de ce que l’on désigne par la formule très approximative de « crise des migrants ». Ces mouvements telluriques n’en sont probablement qu’à leurs prémices.
La force d’évocation négative du syntagme suffit pourtant à éclairer la mise en tension de l’Union et des États qui la constituent. Confrontée à un défi dont on mesure qu’il met à l’épreuve l’unité même de l’Union, celle-ci a fait le choix, somme toute classique, de la novation institutionnelle. Pour anticiper, canaliser et gérer ces flux humains, elle s’est dotée en 2004 de Frontex, devenue l’Agence européenne de gardes-frontières et gardes-côtes. Cette évolution est la déclinaison dans le domaine migratoire d’une dynamique dont l’objet est de moderniser l’action publique afin d’en renforcer, dit-on, l’efficacité. On entre ainsi dans un monde où la qualité des institutions s’apprécie à l’aune de leur « performance » sans être certain que leur aptitude à respecter les droits fondamentaux compte au nombre des indicateurs pertinents. Au fond, la question est posée de savoir si l’Union est parvenue à trouver un point d’équilibre acceptable par l’ensemble de ses membres entre les impératifs de sauvegarde inhérents à sa qualité même d’espace démocratique et l’attractivité d’un éden que les damnés de la terre sont prêts à rejoindre quoi qu’il en coûte.
S’affranchissant des analyses exclusivement disciplinaires, cet ouvrage nous fait pénétrer au coeur des contradictions qui minent le processus d’agenciarisation appréhendé au prisme de la « crise des migrants en Méditerranée ».

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

 

Rapport introductif
Philippe De Bruycker, Professeur à l’Institut d’études européennes, Université libre de Bruxelles (ULB)

 

Partie 1. Les agences et la crise Mise en perspective théorique

 

Le Grand Bleu de Frontex
Que disent les métaphores liquides des politiques migratoires européennes ?

Marc Bernardot, Professeur, Aix-Marseille Université, CNRS, LAMES, Aix-en-Provence, France

 

L’« agenciarisation » de la politique migratoire européenne
Les centres de gestion de crise (hotspots), illustration d’un droit « néomoderne » de la politique migratoire européenne

Pierre Berthelet, Docteur en droit, chercheur associé, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

Partie 2. Les agences saisies dans leur(s) dynamique(s)

 

La crise en Méditerranée comme facteur d’évolution et de structuration de l’agence Frontex
Chiara Paiano, Doctorante, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

 

Agences et opération navale de l’Union européenne dans la « sécuritisation » de l’afflux migratoire en Méditerranée
Philippe Ch.-A. Guillot, Maître de conférences (HDR) en droit public à l’Université de Rouen, Détaché à l’École de l’Air. Membre associé du CUREJ (EA 4703)

 

Partie 3. Les agences en action, des interrelations plurielles

 

Le développement de la coopération des agences ELSJ avec des États tiers
Carole Billet, Maître de Conférences en droit public à l’Université de Nantes, membre de l’UMR CNRS 6297 Droit et changement social

 

Une agenciarisation en devenir ? Dix ans de réseau européen des migrations
Romain Foucart, Doctorant, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

 

Partie 4. Contrôle et évaluation

 

Agenciarisation de la politique d’immigration et d’asile et perfectionnement du contrôle par la Cour de justice de l’Union européenne
Ou de la nécessité de franchir de nouveaux caps dans la protection juridictionnelle
Nathalie Rubio, Professeure de droit public, Chaire Jean Monnet, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

 

The political accountability of European agencies in the fields of migration and asylum: Frontex and the EASO
Charikleia Vlachou, Maître de conférences, Université d’Orléans

 

Propos conclusifs
Rostane Mehdi, Directeur de Sciences Po Aix, Agrégé de droit public, Chaire Jean Monnet, UMR DICE (CERIC), Visiting Professor au Collège d’Europe de Bruges.

 

 


10. Les grandes affaires climatiques

sous la direction de : Christel Cournil
680 p., 3e trimestre 2020
ISBN : 979-10-97578-09-1

 

 

 

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Cet ouvrage est inédit dans sa démarche. En s’inscrivant dans la tradition juridique des célèbres « Grands arrêts », cette publication collective émanant de plus d’une trentaine d’auteurs a pour ambition de mettre en exergue les principaux contours de la « Justice climatique ». L’ouvrage rassemble un échantillon représentatif d’affaires contentieuses rendues ou encore en instance dans le monde sur des questions climatiques très variées (demande indemnitaire de « victimes climatiques », contestation de projets jugés « climaticides », manque d’ambition climatique des États, non-respect des trajectoires de réduction des gaz à effet de serre, demande de désinvestissements dans les énergies fossiles, poursuites d’activistes, etc.).
Offrant un panorama sur une progressive métamorphose de la responsabilité des États et des entreprises, cet ouvrage permet de mieux cerner les arguments juridiques soulevés devant des « juges » très différents (juridiction nationale, tribunal régional, quasi-juridiction nationale ou internationale, mécanisme non juridictionnel, etc.). Ainsi dévoilées « côté à côte », ces affaires climatiques mettent en perspective autant les obstacles particulièrement importants que rencontrent les requérants que les « fenêtres » parfois semblables qu’ouvrent certains juges dans des systèmes juridiques pourtant très différents. Dès lors, les cruciales questions ayant trait à l’évolution de la responsabilité, à la justiciabilité en matière climatique, à l’intérêt à agir, à l’établissement du lien de causalité et à la délicate répartition de la « part » de responsabilité des nombreux émetteurs de gaz à effets de serre, y seront exposées. Sont également retracés les points communs entre les affaires (réception de l’Accord de Paris, invocation des droits fondamentaux, contrôle des actes réglementaires, injonction réparatrice, etc.).
En définitive, cet ouvrage constitue un outil à la fois pratique et théorique à destination des universitaires, des avocats, des magistrats, des étudiants et des juristes des ONG qui travaillent sur la gouvernance climatique ; celle-ci devant désormais inclure les décisions rendues par les juges.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

 

Introduction
Christel Cournil, Professeure de droit public (HDR) à Sciences Po Toulouse, membre du LASSP et associée à l’IDPS (Université Sorbonne Paris Nord), membre de la Structure Fédérative « Les Communs »

 

Partie 1. Les actions dirigées contre les États et l’Union européenne

Titre 1. Les actions curatives contre l’insuffisance de la protection de l’État et de l’Union européenne

1. Massachusetts c. EPA (2007)

Pauline Abadie, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Saclay, IDEP

 

2. Pétitions Inuit Circumpolar Conférence (2005) et Arctic Athabaskan (2013)
Sandrine Maljean-Dubois,
Directrice de recherche au CNRS, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, Université de Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence

 

3. Urgenda c. Pays-Bas (2015)
Anne-Sophie Tabau,
Professeure de droit public à l’Université de La Réunion – membre de l’UMR Espace-Dev 228 et associée au Centre d’études et de recherches internationales et communautaires (CERIC – UMR 7318)
Christel Cournil, Professeure de droit public (HDR) à Sciences Po Toulouse, membre du LASSP et associée à l’IDPS (Université Sorbonne Paris Nord), membre de la Structure Fédérative « Les Communs »

 

4. Affaire Klimaatzaak (2015)
Delphine Misonne,
Chercheur qualifiée au FNRS, Professeure à l’Université Saint-Louis Bruxelles

 

5. Leghari c. Federation of Pakistan (2015)
Théophile Keïta,
Élève-avocat en droit international, École de formation du barreau de Paris

 

6. Ridhima Pandey c. Union Indienne et autres (2017)
Marellia Auger,
Doctorante contractuelle Aix-Marseille Université, Université de Toulon, Université de Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence

 

7. Thomson c. Minister for climate change issues (2017)
Antoine Le Dylio,
Avocat au barreau de Paris, Ingénieur en environnement

 

8. Jeunes c. Colombie (2018)
Camila Perruso
, Post-doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, (UMR 8103, CNRS Paris 1 Panthéon Sorbonne)

 

9. Les aînées pour la protection du climat c. la Confédération suisse (2018)
Raphaël Mahaim, Avocat, chargé de cours à l’Université de Lausanne, Député au Parlement du Canton de Vaud (Suisse)

 

10. Commune de Grande-Synthe et Damien Carême c. l’État français (2019)
Christian Huglo
, Avocat à la Cour, Docteur en droit

 

11. « Les People’s Climate Case » c. Union européenne (2019)
Estelle Brosset
, Professeure, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France
Ève Truilhé, Directrice de recherches CNRS, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

 

12. Pays-Bas c. Urgenda (2019)
Delphine Misonne
, Chercheur qualifiée au FNRS, Professeure à l’Université Saint-Louis Bruxelles

 

13. Notre affaire à tous et autres c. l’État français (2019)
Christel Cournil
, Professeure de droit public, Sciences Po Toulouse, membre du LASSP, associée à l’IDPS (Université Sorbonne Paris Nord), membre de la Structure Fédérative « Les Communs »
Antoine Le Dylio, Avocat au barreau de Paris, ingénieur en environnement
Paul Mougeolle, Doctorant en droit comparé à l’Université de Paris Nanterre (CEJEC) et Potsdam (MRZ)

 

14. ENvironnement JEUnesse c. Procureur général du Canada (2019)
Géraud de Lassus St-Geniès
, Chargé de cours à la Faculté de droit de l’Université Laval (Québec)

 

15. Familles d’agriculteurs bio et Greenpeace c. Allemagne (2019)
Paul Mougeolle
, Doctorant en droit comparé à l’Université de Paris Nanterre (CEJEC) et Potsdam (MRZ), Chercheur Encommuns, chargé du contentieux contre Total SA à Notre affaire à tous

 

16. Juliana et al. c. États-Unis et al. (2016-2020)
Emnet Gebre
, Consultante internationale et Docteure en droit

 

17. Affaires Greta Thunberg, Teitiota et Torrès (2019-2020)
Christel Cournil
, Professeure de droit public, Sciences Po Toulouse, membre du LASSP, associée à l’IDPS (Université Sorbonne Paris Nord), membre de la Structure Fédérative « Les Communs »

 

Titre 2. Les actions préventives contre des décisions exacerbant le changement climatique

18. Affaire « Paramos » (2016)
Franck Laffaille
, Professeur de droit public, Faculté de droit de Villetaneuse (IDPS), Université de Paris XIII (Sorbonne-Paris-Nord)

 

19. Earthlife Africa Johannesburg c. ministère des Affaires environnementales et autres (2017)
Daniel Owona
, Doctorant en droit international à l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), Juriste à Field Legality Advisory Group (FLAG)

 

20. Push Sweden, Fältbiologerna et autres c. Gouvernement suèdois (2018)
Pau de Vílchez Moragues
, Professeur de droit international public et sous-directeur du Laboratoire Interdisciplinaire sur le Changement Climatique de l’Université des Îles Baléares (LINCC UIB)

 

21. Greenpeace Nordic Ass’n et Nature and Youth c. Ministry of Petroleum and Energy (2018-2020)
Antoine Le Dylio
, Avocat au barreau de Paris, Ingénieur en environnement

 

22. Indigenous Environmental Network c. US Department of State (2018-2019)
Sandy Cassan-Barnel
, Juriste, Notre Affaire à Tous (NAAT)

 

23. Affaires du Triangle de Gonesse (2019)
Marine Fleury
, Maîtresse de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne, CURAPP, Membre associé de l’Institut des Sciences Juridiques et Philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103) et du ClimaLex (GDR 2032)

 

24. Affaires des extensions des aéroports de Vienne et Londres
Paul Mougeolle
, Doctorant en droit comparé sur la vigilance climatique à l’Université de Paris Nanterre (CEJEC) et Potsdam (MRZ), chercheur En-communs, chargé du contentieux contre Total SA à Notre affaire à tous

 

Partie 2. Les actions dirigées contre les entreprises privées

Titre 1. Les actions curatives en direction des principales entreprises émettrices de gaz à effet de serre

25. American Electric Power Company c. Connecticut (2011)
Pauline Abadie
, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Saclay, IDEP

 

26. Native Village Of Kivalina c. Exxon Mobil Corp. (2012)
Pierre Spielewoy
, Doctorant en droit international de l’environnement, Centre Universitaire Rouennais d’Études Juridiques (EA 4703), Université de Rouen et Unité Eco-anthropologie (UMR 7206), Muséum National d’Histoire Naturelle, CNRS, Université Paris Diderot

 

27. Lliuya c. RWE (2016)
Fanny Giansetto
, Maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, Membre de l’IRDA et de la Structure Fédérative « Les Communs »

 

28. Ville d’Oakland et the People of State of California c. BP P.L.C et al. (2018)
Laura Canali
, Doctorante en droit public membre du CERIC, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, Université Pau & Pays Adour, CNRS, UMR DICE 7318

 

29. Ville de New York c. BP, Chevron, Conocophillips, Exxonmobil, et Royal Dutch Shell (2018)
Filippo P. Fantozzi
, LL.M. Candidate in Climate Change and Energy Law, Pace University School of Law, New York

 

30. État de Rhode Island c. Chevron et al. (2019)
Filippo P. Fantozzi
, LL.M. Candidate in Climate Change and Energy Law, Pace University School of Law, New York

 

Titre 2. Les actions préventives visant à limiter l’impact climatique

31. Greenpeace Asie du sud-est et autres c. Carbon Majors (2015-2020)
Marine Denis
, Doctorante en droit public, Membre de l’IDPS et de la Structure Fédérative « Les Communs », Université Sorbonne Paris Nord

 

32. Greenpeace Netherlands, Oxfam Novib, Banktrack et Milieudefensie c. Ing Bank (2017)
Catherine Colard-Fabregoule
, Maître de conférences (HDR) en droit public, Université Sorbonne Paris Nord, Membre de l’IDPS – Institut de droit, Sciences politiques et sociales et de la Structure Fédérative « Les Communs»

 

33. Milieudefensie et autres c. Shell (2019)
Louis Duthoit
, Juriste, Notre affaire à tous, Chargé de mission, Fédération des usagers de la bicyclette

 

34. Notre affaire à tous et autres c. Total (2020)
Paul Mougeolle
, Doctorant en droit comparé sur la vigilance climatique à l’Université de Paris Nanterre (CEJEC) et Potsdam (MRZ), chercheur En-communs, chargé du contentieux contre Total SA à Notre affaire à tous

 

Partie 3. Les actions dirigées contre les activistes climatiques

35. Affaires « des décrocheurs » (2019-2020)
Antoine Le Dylio
, Avocat au barreau de Paris, Ingénieur en environnement
Paul Mougeolle, Doctorant en droit comparé à l’Université de Paris Nanterre (CEJEC) et Potsdam (MRZ)

 

36. Activistes climatiques c. Crédit suisse et le ministère public (2020)
Raphaël Mahaim, Avocat, Chargé de cours à l’Université de Lausanne et député au Parlement
du Canton de Vaud (Suisse)
Marie-Pomme Moinat, Avocate au barreau du Canton de Vaud (Suisse)
Irène Wettstein, Avocate au barreau du Canton de Vaud (Suisse)

 

Conclusion
Mathilde Hautereau-Boutonnet, Professeur de droit, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, Université de Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence

 

 

 


9. Procès et environnement : quelles actions en justice pour l'environnement ?

sous la direction de : Mathilde Hautereau-Boutonnet, Eve Truilhé
148 p., 2e trimestre 2020
ISBN : 979-10-97578-08-4

 

 

 

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Les travaux publiés dans cet ouvrage sont le fruit de recherches collectives menées en France, à travers l’ensemble des ordres juridiques (constitutionnel, administratif, judiciaire) mais aussi au Japon et au Québec. Il s’agit de porter un regard comparatiste sur les actions en justice en matière de protection de l’environnement, sous le prisme de la stratégie contentieuse. Sont appréhendés tout à la fois les spécificités de tel ou tel type d’action, les difficultés juridiques propres aux actions formées par des associations, les stratégies que celles-ci doivent privilégier ainsi que les risques auxquels elles s’exposent en agissant en justice, les potentialités de l’action de groupe, mais aussi celle de l’octroi de droits à la nature elle-même.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

Mathilde Hautereau-Boutonnet, Professeur de droit privé, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France
Ève Truilhé, Directrice de recherche au CNRS, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France 

Procès et environnement : quelles actions en justice pour l’environnement ?

 

Sabrina Dupouy, Maître de conférences, Université Clermont Auvergne
La défense de la nature, sujet de droit ou intérêt à protéger ?

 

Jean-Baptiste Perrier, Professeur à Aix-Marseille Université (LDPSC EA 4690) ; Directeur de l’Institut de sciences pénales et de criminologie
Le choix du juge civil ou du juge pénal en France ?

 

Olivier Le Bot, Professeur de droit public, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF-GERJC, Aix-en-Provence, France

Un procès administratif adapté à la protection de l’environnement ?

 

Sophie Bourges, Juriste spécialisée en droit de l’environnement, juriste FNE PACA 2014-2018
Les stratégies des ONG. Retour d’expérience de France Nature Environnement (FNE) Provence-Alpes-Côte d’Azur

 

Marie Lamoureux, Agrégée des facultés de droit, Professeur de droit privé, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France
L’action de groupe environnementale en France

 

Michel Bélanger, Avocat, Membre du Barreau du Québec, Membre de l’Association du Barreau canadien
L’action collective environnementale au Québec

 

Paule Halley, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit de l’environnement, Professeure à la Faculté de droit de l’Université Laval, Québec
Protection des lanceurs d’alerte contre les menaces, les représailles et les poursuites-bâillons. L’expérience canadienne et québécoise

 

Taiki Kishimoto, Professeur à l’université de Hokkaido
Hiroyuki Oonuki, Professeur à l’université de Chuo
La justice environnementale et l’institutionnalisation du recours associatif dans le domaine de la protection environnementale au Japon

 

Laurence Gay, Chargée de recherches CNRS HDR, Directrice-adjointe de l’Institut Louis Favoreu-GERJC, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, Aix-en-Provence, France
Défendre l’environnement devant le Conseil constitutionnel. Quelle procédure pour servir la Charte de l’environnement ?

 

 

 

 


8. La consultation en droit public interne

sous la direction de : Fleur Dargent
516 p., 1er trimestre 2020
ISBN : 979-10-97578-06-0

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Dans son sens courant, la consultation est l’action de s’adresser à quelqu’un pour obtenir un avis, considéré comme une opinion, une information ou une recommandation, mais cette définition s’applique-t-elle à toutes ces procédures ? Si une étude empirique en droit public fait ressortir de nombreuses disparités, elle met en lumière un certain nombre de traits communs utiles à la construction d’une notion juridique.
La consultation répond à un certain nombre de critères. Organiquement, elle est placée entre les mains d’une autorité dotée d’un pouvoir décisionnel. Temporellement, elle a vocation à influer sur une norme en préparation. Matériellement, elle se traduit par un avis qui clôt le processus consultatif. L’aboutissement de la consultation se présente comme un acte non contraignant, dont l’auteur n’est pas l’autorité compétente pour édicter la norme et qui est dépourvu d’effet exécutoire.
La thèse s’attache ensuite à mettre en lumière la tension que subit le phénomène consultatif aujourd’hui, pris entre la reconnaissance de son utilité et la volonté affichée d’en réduire l’utilisation. Substantiel, le mouvement de rationalisation et d’harmonisation des procédures entamé au début du siècle souffre, toutefois, de nombreuses exceptions, malgré l’objectif affiché. Outre la volonté de clarifier le droit, la thèse vise à proposer une harmonisation plus poussée des procédures consultatives en dépit de la subsistance nécessaire de certaines spécificités, notamment en matière juridictionnelle.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

 

Introduction générale

Première partie. L’identification de la notion de consultation

Titre 1. Un phénomène juridique

Chapitre I. Un phénomène non contraignant

Chapitre II. Un phénomène normatif ?

 

Titre 2. Un phénomène identifiable

Chapitre I. La dualité de la consultation

Chapitre II. Une singularisation possible

 

Seconde partie. L’utilisation de la consultation

 

Titre 1. Le recours à la consultation

Chapitre I. Les fonctions de la consultation

Chapitre II. Les risques de la consultation

 

Titre 2. La régulation du phénomène consultatif

Chapitre I. Le ralentissement de l’inflation consultative

Chapitre II. La construction d’un droit de la consultation

 

Conclusion générale

 

 

 

 


7. Le droit international de la reconnaissance, un instrument de décolonisation et de refondation du droit international ?

sous la direction de : Albane Geslin, Emmanuelle Tourme Jouannet
204 p., 4e trimestre 2019
ISBN : 979-10-97578-07-7

 

 

 

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Lorsqu’en 2011 est publié Qu’est-ce qu’une société internationale juste ? Le droit international entre développement et reconnaissance, d’Emmanuelle Tourme Jouannet, puis que paraît, l’année suivante son article « Le droit international de la reconnaissance », surgit dans le champ de la recherche française – et plus largement francophone – en droit international un nouveau paradigme, celui de la « reconnaissance ». Les réactions suscitées par ces publications furent vives. Il y eu quelques mécompréhensions du concept même de reconnaissance, et diverses critiques se firent entendre. C’est à l’occasion du premier workshop international du groupe de recherche Justice/Injustice Globale, les 8 et 9 septembre 2016, que fut abordée la question de savoir si le droit international de la reconnaissance pouvait être un instrument de décolonisation et de refondation du droit international.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

 

Albane Geslin, Professeure de droit public. Sciences Po Aix - Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France
Emmanuelle Tourme Jouannet, Professeure de droit public, École de Droit, Sciences Po, Paris

Propos introductifs – Décoloniser et refonder le droit international au prisme de la reconnaissance

 

Première partie. Regards théoriques et méthodologiques sur le droit international de la reconnaissance

 

Albane Geslin, Professeure de droit international public. Sciences Po Aix - Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

La recherche en droit international de la reconnaissance

Quelle(s) posture(s) épistémologique(s) ?

 

Diane Bernard, Professeure, Université Saint-Louis – Bruxelles
Difficultés à déconstruire et opportunité de refonder le droit (international) à partir du droit (de la reconnaissance)

 

Jeremy Perelman, Professeur, Directeur de la Clinique, École de Droit, Sciences Po Paris

Une approche critique et pragmatique du droit international des droits humains

Pour une réappropriation par les « subalternes »

 

Paul Bourgues, Juriste

James Lorimer – La genèse de la notion de reconnaissance en droit international

 

Partie II. Le droit international de la reconnaissance en actes

 

Sarah Lazaar, Doctorante en droit comparé, École de Droit de la Sorbonne, Paris 1 Panthéon Sorbonne
La reconnaissance des droits fonciers des peuples en Afrique et leur interaction avec les politiques dites « de développement »

 

Makane Moïse Mbengue, Professeur de droit international à la Faculté de droit de l’Université de Genève ; Professeur affilié à l’Ecole de droit de Sciences Po Paris

« La loi des nations est faite de fer » ? Reconnaissance et « décolonisation » du droit international des investissements

 

Kiara Neri, Maître de conférences HDR, Université Jean Moulin Lyon 3

Le droit international économique comme moyen de « décoloniser » le droit international ?

L’exemple des préférences commerciales

 

Ademar Pozzatti Junior, Professeur de droit international à l’Université Fédérale de Santa Maria – Brésil

Entre principes et procédures – Les défis de l’affaire Chevron pour la reconnaissance et la décolonialité en Amérique Latine

 

Lydie Kiki-Neme, Assistante en droit public à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo (Côte d’Ivoire)
Droit international de la reconnaissance – Le cas des victimes de guerre à la fin du conflit ivoirien

 

Joël Radaody, Dirigeant de l’association Exequatur

Reconnaissance et identité collective à Madagascar

 

Thibaud Baghdadi, Coordinateur juridique du centre de rétention administrative de Nîmes pour l’Association Forum Réfugiés-Cosi

L’absence de reconnaissance constitutionnelle des bahá’ís en Iran : défis et conséquences pour la plus grande minorité religieuse non musulmane du pays

 

 

 


6. Les Organisations internationales et la résolution des conflits post-bipolaires
en Afrique

sous la direction de : Thierry Sèdjro Bidouzo
496 p., 1er trimestre 2019
ISBN : 979-10-97578-05-3

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Le droit international, dans son rôle de « vigie » ou de « vigile » de la sécurité internationale, est parfois éprouvé par la délicate équation du défi de la paix en Afrique. En effet, depuis que ce continent est devenu « [acteur] de son histoire », – avec le nouveau décor international occasionné par la fin de la période bipolaire –, paradoxalement, il est également devenu un terrain fertile en conflits. En dépit des mutations ou des « dynamiques du droit international », opérées par les Organisations internationales dans la pratique du maintien de la paix, la dynamique évolutive des conflits et leur nature irrégulière, posent bien de difficultés. Et c’est le noeud de ces rapports ambigus entre les Organisations internationales et les conflits en Afrique qu’il convient de tenter de défaire, en en appréhendant tour à tour, leur implication, puis leur contribution à la résolution desdits conflits.
De cette double appréhension, émerge le besoin, dans les stratégies de résolution des conflits, d’une prise en compte aussi bien de la violence visible que de la violence invisible ; celle-ci suppose une réelle connaissance des vrais déterminants conflictuels. D’où la nécessité d’un droit régional africain de maintien de la paix car, la paix objective doit être accompagnée de la paix subjective.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Sommaire

Introduction générale   

 

Première partie. L’implication massive des organisations internationales dans la résolution des conflits en Afrique

Titre 1. La diversité des stratégies de maintien de la paix

Chapitre 1. Les mécanismes traditionnels de maintien de la paix   
Chapitre 2. Les nouveaux mécanismes de maintien de la paix   

  
Titre 2. La pluralité des acteurs de maintien de la paix

Chapitre 1. La variété des niveaux d’implication des organisations internationales   
Chapitre 2. La mise en place des cooperations interinstitutionnelles   

 

Seconde partie. La contribution relative des organisations internationales à la resolution des conflits en Afrique

Titre 1. La mécanique statique des acteurs de maintien de paix

Chapitre 1. Les écueils internes aux Organisations internationales   
Chapitre 2. La compléxité des partenariats interinstitutionnels 

  

Titre 2. La dynamique évolutive des conflits

Chapitre 1. La dialectique complexe des nouveaux conflits   
Chapitre 2. Une impossibilité quasi-ontologique des Organisations internationales ?   

 

Conclusion   

Index   
Bibliographie   

 

 

 

 


5. La démocratie connectée : ambitions, enjeux, réalité

sous la direction de : Michaël Bardin, Marthe Fatin-Rouge Stefanini,     Priscilla Jensel-Monge et Caterina Severino
146 p., 2ème trimestre 2018
ISBN : 979-10-97578-04-6

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Présentant une version enrichie de la Journée décentralisée de l’AFDC organisée à Toulon par le CDPC Jean-Claude Escarras et l’ILF-GERJC, en novembre 2016, cet ouvrage explore l’impact réel de la « révolution numérique » qui modifie, chaque jour un peu plus, nos modes de vie. Cette révolution technologique a une incidence sur la vie démocratique et sur le fonctionnement de nos institutions.
Certains assurent déjà qu’internet garantit un meilleur pluralisme de l’information ou expliquent que les blogs, forums et autres réseaux sociaux sont les nouveaux lieux des débats de société. D’autres mettent en avant que ces mêmes réseaux sociaux offrent les moyens aux citoyens d’exercer une sorte de contre-pouvoir. L’Estonie, ou plus récemment la France, ont donné la possibilité aux citoyens de participer à l’écriture de leur Constitution
nationale ou au processus législatif via internet.
Internet semble ainsi offrir de nouveaux outils à la démocratie. Cependant, cette démocratie connectée n’est-elle pas qu’une illusion ? Les représentants sont-ils vraiment plus accessibles ? Les citoyens se sentent-ils réellement plus impliqués ?
Peut-on réellement espérer un renouvellement de la vie démocratique grâce au numérique ? Des risques de dérives semblent poindre. Dès lors, peut-on les éviter ou du moins les anticiper pour mieux les contenir ? L’ensemble de ces questions est abordé tout au long de la journée d’étude dont cet ouvrage est issu.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Accès en version intégrale aux articles de l'ouvrage  « Quel droit pour l'adaptation des territoires aux changements climatiques ? Bilan et perspectives pour l'île de la Réunion »

Caterina Severino, Professeur à l’Université de Toulon

Propos introductifs. Ambitions et limites de la démocratie connectée

 

Partie I. Citoyens et numérique : de la communication par internet à l’idée d’une République numérique

 

Jean Gicquel, Professeur émérite de l’Université Paris I (Panthéon-Sorbonne)
Propos introductifs à la séance

Ariane Vidal-Naquet, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

Le citoyen co-législateur : quand, comment, pour quels résultats ?

Jean-Philippe Derosier, Professeur à l’Université de Lille 2 - Droit & Santé

Le numérique comme outil de contrôle des gouvernants

 

Discussion

 

Sophie Lamouroux, Maître de conférences HDR à l’Université d’Aix-Marseille

Garanties démocratiques et numérique

François-Bernard Huyghe, Directeur de recherche à l’IRIS

Numérique : activisme et influence politique

 

Discussion

 

Partie II. Gouvernants et numérique : entre véritable opportunité et risque d’instrumentalisation

 

Pascal Jan, Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux
Propos introductifs à la séance

Michaël Bardin, Maître de conférences à l’Université d’Avignon

Les partis politiques face au numérique : entre adaptation stratégique et émergence de nouveaux mouvements

Priscilla Jensel-Monge, Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille

L’utilisation des réseaux sociaux par les parlementaires : instrument de revitalisation de la démocratie représentative ?

Idris Fassassi, Professeur à l’Université de Picardie Jules Verne

Les effets des réseaux sociaux dans les campagnes électorales américaines

 

Discussion

 

Marthe Fatin-Rouge Stefanini, Directrice de recherches au CNRS, UMR 7318 DICE, ILF-GERJC
Propos conclusifs. Quel avenir pour le citoyen dans la « démocratie numérique » ?

 

 

 

 

 


4. Quel droit pour l'adaptation des territoires aux changements climatiques ?

Bilan et perspectives pour l'île de la Réunion

sous la direction de : Anne-Sophie Tabau
272 p., 2ème trimestre 2018
ISBN : 979-10-97578-03-9

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

La recherche collective dont cet ouvrage est le fruit s’est donnée pour ambition de cerner les implications juridiques de l’adaptation des territoires aux changements climatiques. L’équipe s’est appuyée sur l’exemple de l’île de La Réunion pour s’interroger sur les traductions juridiques du discours politique résultant de la COP 21 qui consistait, tout à la fois, à mettre l’accent sur l’adaptation aux effets des changements climatiques et non plus seulement sur l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, à décentraliser les politiques climatiques de manière à les faire correspondre aux spécificités locales, à adopter une approche transversale de la vulnérabilité des territoires et des populations, et à favoriser les échanges de bonnes pratiques au titre d’une coopération globale. Dans ce contexte, les travaux conduits identifient, dans différentes branches du droit, les expressions de l’adaptation, et déterminent si le droit applicable à La Réunion est adapté à l’enjeu climatique. L’accent est mis sur les processus d’agencement des éléments hétérogènes identifiés comme autant de composantes de l’adaptation à La Réunion, afin de révéler et d’évaluer les mécanismes juridiques qui permettent de faire naître et de stabiliser les attentes normatives des parties prenantes de l’adaptation des territoires aux changements climatiques.
Cette recherche a été financée par le ministère de la Transition écologique et solidaire,
dans le cadre du programme OMERAD (15-MCGOT-GICC-2-CVS-009)

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Accès en version intégrale aux articles de l'ouvrage  « Quel droit pour l'adaptation des territoires aux changements climatiques ? Bilan et perspectives pour l'île de la Réunion »

 

 

Anne-Sophie Tabau, Professeure de droit public, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre d’études juridique (CRJ – EA 14), Membre associée du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires (CERIC – UMR 7318)

Introduction générale : Un droit en mouvement pour l’adaptation aux changements climatiques

 

Partie I. L’intégration en droit de l’objectif d’adaptation aux changements climatiques

 

Chapitre 1. Les vecteurs d’intégration

 

Hélène Pongérard-Payet, Maître de conférences HDR en droit public, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

Le soutien de l’Union européenne à l’adaptation au changement climatique dans les régions ultrapériphériques à l’échelle de La Réunion

 

Loïc Peyen, Docteur en droit public, Chargé d’enseignement, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

La démocratie locale en matière d’adaptation au changement climatique

 

Chapitre 2. Les secteurs d’intégration

 

Audrey Dameron, Docteure en droit public, Chargée d’enseignement, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

L’adaptation aux changements climatiques par les documents d’urbanisme

 

Anne-Françoise Zattara-Gros, Maître de conférences HDR en droit privé, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

Exploitation de l’énergie des mers et adaptation aux changements climatiques dans la zone sud-ouest de l’océan Indien

 

Partie II. L’adaptation des mécanismes de responsabilité aux enjeux climatiques

 

Chapitre 1. L’indétermination des responsables

 

Sandrine Maljean-Dubois, Directrice de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE Droits international, comparé, européen, CNRS, Aix-Marseille Université, Université de Toulon, Université de Pau et des pays de l’Adour, CERIC, Aix-en-Provence

Au milieu du gué : le mécanisme de Varsovie relatif aux pertes et préjudices liés aux changements climatiques

 

Romain Ollard, Professeur de droit privé, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

La responsabilité pénale en matière d’adaptation aux changements climatiques

 

Chapitre 2. La responsabilisation des parties prenantes

 

Safia Cazet, Maître de conférences, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Membre du Centre de recherche juridique (CRJ – EA 14)

La carence des pouvoirs publics dans l’adaptation au changement climatique : quels recours ?

 

Jonas Knetsch, Professeur de droit privé, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Faculté de droit, Membre du Centre de recherches critiques sur le droit (CERCRID - UMR CNRS 5137)

L’assurabilité des risques liés au changement climatique

 

Partie III. L’ordonnancement juridique découlant de la « métanorme » d’adaptation aux changements climatiques

 

Olivier Dupéré, Maître de conférences en droit public, Université de La Réunion, Faculté de droit et d’économie, Centre de recherche juridique (CRJ - EA 14)

L’activation de l’objectif d’adaptation au changement climatique au sein du régime juridique des plans de prévention des risques naturels prévisibles : la voie primordiale du droit souple en matière de risques littoraux

 

Marion Lemoine-Schonne, Chargée de recherche au CNRS, Univ Rennes CNRS IODE [Institut de l’Ouest : Droit et Europe] - UMR 6262

La différenciation des territoires insulaires dans l’application du marché du carbone du secteur de l’aviation (CORSIA)

 

Guillaume Futhazar, Doctorant en droit public, Aix-Marseille Université, Membre du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires (CERIC – UMR DICE 7318), Membre du Labex OT-Med (n° ANR-11-LABX-0061)

Changements climatiques globaux, crise requin locale : l’adaptation aux changements climatiques comme grille de lecture de la gestion d’un risque naturel nouveau

 

Francesco Sindico, Co-directeur du Strathclyde Centre for Environmental Law and Governance

Ouverture – Les îles, terres de solutions innovantes pour tous les territoires

 

 

 

 

 

 


3. La fabrication du droit de l’Union européenne dans le contexte du « Mieux légiférer »

sous la direction de : Nathalie Rubio
219 p., 1er trimestre 2018
ISBN : 979-10-97578-02-2

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

 

Dans sa communication du 19 mai 2015, la Commission européenne se dit « déterminée à modifier à la fois ce que fait l’Union européenne (UE) et la façon dont elle le fait ». Elle y présente « de nouvelles mesures destinées à améliorer la réglementation pour obtenir de meilleurs résultats ». Elle souhaite ouvrir davantage le processus d’élaboration des politiques, ainsi que « mieux écouter et mieux interagir avec ceux qui mettent la législation de l’UE en oeuvre et qui en bénéficient ». Il s’agit également de « jeter un regard neuf sur l’ensemble des domaines d’action pour déterminer ceux dans lesquels les mesures existantes demandent à être améliorées». Cette dynamique a été confirmée dans une série d’autres communications et par l’Accord interinstitutionnel du 13 avril 2016. Pourtant, rien ne semble nouveau : cela prolonge un processus ouvert il y a près d’une quinzaine d’années avec le Livre Blanc sur la gouvernance européenne. Les contributions figurant dans cet ouvrage permettent de comprendre les textes relatifs au « Mieux légiférer » adoptés depuis 2015, d’opérer les comparaisons avec des expériences nationales et internationales, de poser un regard critique et d’imaginer des perspectives avec toujours à l’esprit la volonté de trouver les pistes pour tenter de dénouer le noeud gordien de la qualité, de la légitimité et de l’efficacité du droit de l’Union européenne.
Cette recherche a été menée dans le cadre du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires (dice.univ-amu.fr/dice/ceric), membre du Centre d’excellence Jean Monnet «L’Europe au Sud» (http://www.cejm-es.eu/) et du Réseau européen Jean Monnet «Solar» (https://www.solar-network.eu/home/).

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Accès en version intégrale aux articles de l'ouvrage " La fabrication du droit de l’Union européenne dans le contexte du « Mieux légiférer » "

 

Rubio Nathalie (dir.), La fabrication du droit de l’Union européenne dans le contexte du « Mieux légiférer », Confluence des droits [en ligne]. Aix-en-Provence : Droits International, Comparé et européen, 2017 (généré le ....).
Disponible sur Internet : http://dice.univ-amu.fr/fr/dice/dice/publications/confluence-droits
ISBN : 979-10-97578-02-2

 

Introduction

 

Avant-propos, Nathalie Rubio, Professeure de droit public, Chaire Jean Monnet, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France

Préface, Rostane Mehdi, Professeur de droit public, Chaire Jean Monnet ad personam, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, Professeur au Collège d’Europe de Bruges, Directeur de SciencesPO Aix

Propos introductifs, Fabienne Péraldi Leneuf, Professeure à l’École de droit de la Sorbonne

 

 

 

Partie 1. Comprendre le « Mieux légiférer »

 

Chapitre 1. Le sens du « Mieux légiférer »

Francis Snyder, Professor of Law, EU Jean Monnet Chair ad personam and Director, Centre for Research on Transnational Law, Peking University School of Transnational Law, Peking University Shenzhen, China; Emeritus Professor, CERIC, Aix-Marseille University; Visiting Professor, College of Europe, Bruges; Special Endowed Chair of Food Safety, Northwest University of Agriculture and Forestry, Yangling, Shaanxi, China, Better regulation – Variations on a theme

Jennifer Gracie LL.B., Solicitor (non-practising) & ancien Membre du conseil de l’ordre de la Law Society de l’Angleterre et du Pays de Galles, Chercheur Associé de l’Institut des Hautes Études sur la Justice (Paris), La clarté rédactionnelle en pratique

 

 

Chapitre 2. L’originalité du « mieux légiférer » au regard des expériences  internationales et nationales

 

Romain Le Boeuf, Professeur de droit public, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, Peut-on « Mieux légiférer » en droit international ?

Marthe Fatin-Rouge Stefanini, Directrice de recherche, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, GERJC-ILF, Aix-en-Provence, France, La conception du « Mieux légiférer » en droit constitutionnel

 

Partie 2. Mettre en oeuvre le « Mieux légiférer »

 

Chapitre 1. Approches transversales de la mise en oeuvre du « Mieux légiférer »

Laetitia Guilloud-Colliat, Professeure de droit public, Faculté de droit de Grenoble, CESICE (EA 2420), Université Grenoble Alpes, L’impact de la création des actes délégués sur les méthodes d’élaboration du droit de l’Union européenne Le chemin vers l’enfer est pavé de bonnes intentions

Stéphane de La Rosa, Professeur de droit public, Université de Paris Est Créteil, MIL EA 7382, Le « Mieux légiférer » et la limitation du recours aux actes législatifs en droit de l’Union

Nathalie Rubio, Professeure de droit public, Chaire Jean Monnet, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, La Cour de justice de l’Union européenne et le « Mieux légiférer » Recherche sur l’impact juridictionnel

Emmanuelle Saulnier-Cassia, Professeure de droit public, Université de Versailles-Saint-Quentin – Université Paris-Saclay, L’impact du « Mieux légiférer » sur l’intégration du droit de l’Union européenne dans les États membres : le Mieux et le Bien transposer 

 

Chapitre 2. Approches sectorielles de la mise en oeuvre du « Mieux légiférer »

 

Jean-Claude Bonichot, Juge à la Cour de justice de l’Union européenne, « Mieux légiférer » - L’exemple des nouvelles technologies de l’information

Estelle BrossetProfesseure de droit public, Chaire Jean Monnet, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, Les principes du « Mieux légiférer » dans le domaine de l’environnement et de la santé - Quel bilan ? Quelles perspectives ?

Dominique Nazet-Allouche, Chercheure, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, La politique sociale à l’aune du « Mieux légiférer »

Romain Foucart, Doctorant, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, Ambitions et insuffisances légistiques en matière de migration légale - L’application de la stratégie « Mieux légiférer » à la directive « Carte bleue »

Gaël Le Roux, Doctorant contractuel, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en-Provence, France, Le « Mieux légiférer » au chevet de la politique commerciale commune de l’Union européenne - Potentiels et limites d’une recherche de légitimité par la procédure

 

 

 

 

 


2. Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice : une nouvelle étape après la QPC?  
                                                                       

sous la direction de : Marthe Fatin-Rouge Stefanini et Caterina Severino

504 p., 4e trimestre 2017
ISBN : 979-10-97578-01-5

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien

 

 

 

 

 

Résumé

Présentant une version enrichie des actes du colloque international organisé à Aix-en-Provence en juin 2016, cet ouvrage explore la possibilité de franchir une nouvelle étape au sein du système de justice constitutionnelle français, par la mise en place d’un contrôle de constitutionnalité des décisions de justice.
Au regard de l’introduction récente de la QPC, un tel questionnement pouvait paraître surprenant, car l’adoption d’une telle procédure a été considérée comme un réel progrès pour l’État de droit français. Toutefois, malgré le succès remarquable de la QPC, il est apparu légitime de se demander si l’objectif affiché par la réforme, à savoir celui d’ouvrir une nouvelle voie de recours aux justiciables pour assurer la protection de leurs droits fondamentaux, avait bien été atteint. Or, l’analyse du fonctionnement concret de la QPC laisse apparaître des difficultés, notamment en ce qui concerne le filtrage opéré par les juridictions administratives et judiciaires, et des angles morts du contrôle de constitutionnalité.
L’objectif poursuivi par le colloque était double : d’une part, tirer les leçons du fonctionnement des systèmes étrangers qui pratiquent un contrôle de la constitutionnalité des décisions de justice, en vérifiant si ce contrôle est une véritable plus-value pour la protection des droits et libertés et, d’autre part, vérifier l’état du système de justice constitutionnelle français après cette réforme capitale, tout en s’interrogeant sur ses possibles perfectionnements.

 

Table des matières

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Accès en version intégrale aux articles de l'ouvrage "Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice : une nouvelle étape après la QPC?"

 

Références électroniques :
Fatin-Rouge Stefanini Marthe, Severino Caterina (dir.), Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice : Une nouvelle étape après la QPC ?, Confluence des droits [en ligne]. Aix-en-Provence : Droits International, Comparé et européen, 2017. Disponible sur Internet :
http://dice.univ-amu.fr/fr/dice/dice/publications/confluence-droits.
ISBN : 979-10-97578-01-5

 

Introduction

 

Avant-propos
Sandrine Maljean-Dubois, Directrice de recherches au CNRS, Directrice de l’UMR-DICE, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CERIC, Aix-en‑Provence, France

Propos introductifs – L’idée d’un contrôle de constitutionnalité des décisions de justice : intérêts et questionnements
Marthe Fatin-Rouge Stefanini, Directrice de recherches au CNRS, Directrice-adjointe de l’UMR DICE, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF-GERJC, Aix-en-Provence, France

 

 

Partie 1. Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice par les Cours suprêmes

 

Chapitre 1. Un contrôle traditionnel pour les cours suprêmes en France

Jean-Louis Mestre, Professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille, Le contrôle par la cour de cassation et le Conseil d’État : perspectives historiques  

Laurent Domingo, Maître des requêtes au Conseil d’État ; Didier Ribes, Maître des requêtes au Conseil d’État, Le contrôle par le Conseil d’État aujourd’hui   

Valentine Buck, Magistrate au TGI de Versailles ; Olivier Desaulnay, Professeur à l’Université
de la Réunion, La place de la Constitution dans le contrôle de la Cour de cassation (en dehors de la QPC)   

Débats, sous la présidence de Monsieur Guy Canivet   

 

Chapitre 2. Un contrôle naturel dans les systèmes diffus

Patrick Taillon, Professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval, membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) ; Amélie Binette, candidate au doctorat à la Faculté de droit de l’Université Laval, membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ), L’unité juridictionnelle et ses conséquences sur les modalités du contrôle de constitutionnalité au Québec et au Canada   

Michel Hottelier, Professeur à la Faculté de droit de l’Université de Genève, Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice en Suisse ou l’exercice d’un contrôle concret des normes   

Débats, sous la présidence de Monsieur Guy Canivet

 

 

Partie 2. Le contrôle des décisions de justice par les Cours constitutionnelles

 

Chapitre 1. Le contrôle des décisions de justice exercé dans le cadre des recours directs

Michel Fromont, Ancien professeur des Universités allemandes, professeur émérite à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, Le recours individuel dirigé contre une décision de justice pour violation d’un droit fondamental dans la République fédérale d’Allemagne   

Hubert Alcaraz, Maître de conférences HDR, Aix Marseille Univ, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, IE2IA, Pau, France, Le recours d’amparo contre les décisions juridictionnelles – Le cas de l’Espagne   

Marie-Caroline Arreto, ATER à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice en Autriche   

Débats, sous la présidence de Madame Anne Levade

 

Chapitre 2. Le contrôle des décisions de justice exercé dans le cadre
des questions préjudicielles

Marc Verdussen, Professeur à l’Université de Louvain (UCL), Centre de recherche sur l’État et la Constitution (JUR I-CRECO), Le contrôle des décisions de justice par la Cour constitutionnelle belge   

Jean-Jacques Pardini, Professeur, Directeur-adjoint du CDPC Jean-Claude Escarras, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CDPC Jean-Claude Escarras, Toulon, France, Contrôle de constitutionnalité, interprétation conforme et décisions de justice en Italie : vers une nouvelle configuration des rapports entre la Cour constitutionnelle et les juges ordinaires   

Bertrand Mathieu, Professeur à l’École de droit de la Sorbonne Université Paris 1, Le contrôle des décisions de justice par le Conseil constitutionnel français exercé dans le cadre des questions prioritaires de constitutionnalité   
 

Chapitre 3. L’exemple d’un système mixte : le cas du Portugal    

Vasco Pereira da Silva, Professeur (Professor catedrático) de la Faculté de droit de l’Université de Lisbonne et Professeur invité de l’École de Lisbonne de la Faculté de droit de l’Université catholique portugaise, Directeur de recherche au CIDP – Centro de Investigação de Direito Público ; Rui Tavares Lanceiro, Maître de conférences (Professor Auxiliar) de la Faculté de droit de l’Université de Lisbonne, Consultant auprès du Tribunal constitutionnel, Directeur de recherche au CIDP – Centro de Investigação de Direito Público, Le contrôle de constitutionnalité des décisions de justice au Portugal   

Débats, sous la présidence de Madame Anne Levade   

 

Partie 3. Coexistence des voies de recours et articulation des contrôles  

 

Chapitre 1. Le contrôle par les juridictions suprêmes de leur propre jurisprudence

 

Le cas de la France – Table ronde   

Mathieu Disant, Professeur à l’Université Lyon Saint-Étienne, Jean Monnet, Directeur du CERCRID (UMR CNRS 5137), Le contrôle par les juridictions suprêmes de leur propre jurisprudence – L’exception jurisprudentielle en QPC   

Caterina Severino, Maître de conférences HDR, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, CDPC Jean-Claude Escarras, Toulon, France, Le contrôle par les Cours suprêmes de leur propre jurisprudence — Approche critique   

Jacques Arrighi de Casanova, Président de section au Conseil d’État ; Daniel Ludet, Conseiller à la Chambre sociale de la Cour de cassation ; Olivier Talabardon, Conseiller référendaire à la chambre criminelle de la Cour de cassation, Questions adressées aux juges   

Paolo Passaglia, Professeur à l’Université de Pise, Coordonnateur scientifique pour le droit comparé du Service des Études de la Cour constitutionnelle de la République italienne, Modèle concentré et ancrage de la Constitution dans l’évolution du contrôle incident en Italie : contribution à l’étude des remèdes contre le refus de soulever la question préjudicielle de constitutionnalité   

Débats, sous la présidence de Madame Nicole Belloubet

 

Chapitre 2. Coexistence entre recours direct et question préjudicielle

Itziar Gómez Fernández, Référendaire au Tribunal Constitutionnel Espagnol, Maitre de Conférences en Droit Constitutionnel à l’Université Carlos III de Madrid, La juridiction constitutionnelle en Espagne : un système intégral de justice constitutionnelle ?   

Thomas Hochmann, Professeur de droit public à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, La coexistence de la question préjudicielle et du recours direct en Allemagne   

 

Chapitre 3. Contrôle de constitutionnalité et contrôle de conventionnalité des décisions de justice

Patrick Gaïa, Professeur, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF-GERJC, Aix-en-Provence, France, Contrôle de constitutionnalité et contrôle de conventionnalité des décisions de justice – Quelles distinctions dans les contrôles exercés ?   

Emmanuel Piwnica, Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, Contrôle de constitutionnalité et contrôle de conventionnalité des décisions de justice – Quelles fonctions différentes ?   

Débats, sous la présidence de Madame Nicole Belloubet   

 

Partie 4. Les conditions d’une réforme en France, au regard des expériences étrangères

 

Table ronde, sous la présidence d’André Roux, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille   

Discussions   
Olivier Le Bot, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille, Aix-Marseille Univ, Université de Toulon, Univ. Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF, Aix-en-Provence, France ; Michel Fromont, Professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Marc Verdussen, Professeur à l’Université de Louvain (UCL), Centre de recherche sur l’État et la Constitution (JUR I-CRECO) ; Julien Bonnet, Professeur à l’Université de Montpellier, CERCOP ; Laurence Gay, Chargée de recherches CNRS, UMR 7318, DICE, Aix-Marseille Univ, Université de Toulon, Univ. Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF-GERJC, Aix-en-Provence, France ; Yasmine Sylvestre, Docteur en droit public à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre associé de LC2S ; Paolo Passaglia, Professeur à l’Université de Pise ; coordonnateur scientifique pour le droit comparé du Service des Études de la Cour constitutionnelle de la République italienne ; Alexandre Viala, Professeur à l’Université de Montpellier, Directeur du CERCOP ; Ariane Vidal Naquet, Professeur, Aix Marseille Univ, Université de Toulon, Univ Pau & Pays Adour, CNRS, DICE, ILF-GERJC, Aix-en-Provence, France ; Xavier Magnon, Professeur à l’Université de Toulouse

 

Propos conclusifs   
Marthe Fatin-Rouge Stefanini et Caterina Severino

 

 

 

 

 

 


1. Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement 

sous la direction de : Sandrine Maljean-Dubois

212 p., 1er semestre 2017

ISBN : 979-10-97578-00-8

 

 

 

 

 

Pour accéder à l'ouvrage dans sa version intégrale, cliquer sur ce lien.

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

La gouvernance internationale de l’environnement s’est construite par l’émergence progressive
d’espaces juridiques et institutionnels relativement autonomes et non hiérarchisés. Des « régimes » spécialisés ont ainsi proliféré au gré de l’identification de nouvelles menaces
et de nouveaux problèmes à résoudre. Ils se comptent aujourd’hui par dizaines, si bien que la question de la cohérence de ce paysage fragmenté s’est rapidement posée. La multiplication des régimes entraine par définition des concurrences, collisions, doubles emplois de plus en plus fréquents. À cela s’est ajoutée la prise de conscience que les enjeux
environnementaux sont étroitement interconnectés, comme le montrent les relations entre la lutte contre les changements climatiques d’une part et la protection de la couche d’ozone, la conservation de la biodiversité, la désertification, la protection des forêts ou des océans d’autre part. Dès lors, une gouvernance trop fragmentée ne peut être effective, car elle risque de conduire à défaire d’un côté ce que l’on fait de l’autre. Les États peuvent par ailleurs instrumentaliser la fragmentation, jouant tel régime contre tel autre, en fonction de leurs intérêts nationaux. Après avoir mis en évidence les phénomènes de circulations de normes et d’acteurs entre ces régimes, les auteurs de cet ouvrage pluridisciplinaire réfléchissent
aux voies et moyens de les accompagner, voire de les amplifier dans l’objectif de « dé »fragmenter la gouvernance internationale de l’environnement et d’assurer ainsi une meilleure effectivité des politiques conduites.
Cette recherche a été financée par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre du projet CIRCULEX <ANR-12-GLOB-0001-03 CIRCULEX>.

 

Sommaire - Table des matières

Pour découvrir le sommaire, cliquer ici

Pour découvrir la table des matières, cliquer ici

 

Accès en version intégrale aux articles de l'ouvrage "Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement"

 

Références électroniques :
Maljean-Dubois Sandrine (dir.), Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la
gouvernance internationale de l’environnement, Confluence des droits [en ligne]. Aix-en-
Provence : Droits International, Comparé et européen, 2017 (généré le ....). Disponible sur
Internet : http://dice.univ-amu.fr/fr/dice/dice/publications/confluence-droits. ISBN : 979-
10-97578-00-8.

 

Introduction

Circulations de normes et réseaux d’acteurs. La gouvernance internationale de l’environnement entre fragmentation et défragmentation - Sandrine Maljean-Dubois, Directrice de recherche au CNRS, coordinatrice du projet CIRCULEX ; Denis Pesche, Sociologue, Chercheur au CIRAD, UMR Art Dev n°5281, Montpellier, France

 

Partie 1. Circulation des finalités environnementales et sanitaires au sein des complexes de régime

 

Chapitre 1. Les dispositions environnementales des accords commerciaux : entre innovation et diffusion - Jean-Frédéric Morin, Professeur à l’Université Laval, Québec ; Myriam Rochette, étudiante à l’Université Laval, Québec

 

Chapitre 2. Transmission, circulation et persistance des thèmes de santé dans les conventions internationales liées à la biodiversité - Claire Lajaunie, INSERM, UMR DICE CERIC ; Pierre Mazzega, CNRS, Université de Toulouse

 

Chapitre 3. HFC : histoire d’une formation de complexe jusqu’à l’amendement de Kigali - Hugues Hellio, Université d’Artois et UMR DICE CERIC

 

Chapitre 4. La circulation des normes comme outil de l’effectivité : le cas de la CITES, de la CDB et du fond pour l’environnement mondial - Guillaume Futhazar, Doctorant UMR DICE CERIC/OT-MED

 

 

Partie 2. Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans les complexes de régimes

 

Chapitre 1. Rôle des acteurs économiques dans l’élaboration, la circulation et la mise en oeuvre des normes de gouvernance environnementale à l’échelle internationale - Daniel Compagnon, Sciences Po Bordeaux ; Yves Montouroy, Chercheur associé, Science po Bordeaux ; Amandine Orsini, Faculté Universitaire Saint-Louis ; Roman de Rafael, Doctorant au LIPHA à l’Université Paris-Est

 

Chapitre 2. Le processus de Kobé : un vecteur de circulation des normes et des acteurs dans un contexte de gouvernance internationale fragmentée - Sophie Gambardella, Docteur en droit, UMR DICE CERIC

 

Chapitre 3. La transparence de la finance climat : de la circulation du principe à la circulation de ses modalités d’application - Anne-Sophie Tabau, Professeur à l’Université de la Réunion

 

Chapitre 4. Emprunts, spécificités et articulations dans la création du mécanisme de plainte du Fond Vert pour le climat - Vanessa Richard, Chargée de recherche au CNRS, UMR DICE CERIC

 

Fichier attachéTaille
PDF icon Circulations de normes et réseaux d’acteurs dans la gouvernance internationale de l’environnement 20174.63 Mo
PDF icon 1.1.gicquel_propos-introductifs_ccd5.pdf116.91 Ko
PDF icon 1.2.avidalnaquet_ccd5.pdf244.95 Ko
PDF icon 1.3.jp_derosier_ccd5.pdf233.85 Ko
PDF icon 1.4.discussion_ccd5.pdf163.26 Ko
PDF icon 1.5.s_lamouroux_ccd5.pdf226.93 Ko
PDF icon 1.6.fb_huyghe_ccd5.pdf141.67 Ko
PDF icon 1.7.discussion2_ccd5.pdf133.73 Ko
PDF icon 2.1.propos-introductifs_ccd5.pdf115.63 Ko
PDF icon 2.2.m_bardin_ccd5.pdf339.92 Ko
PDF icon 2.3.p_monge_jensel_ccd5.pdf256.88 Ko
PDF icon 2.4.i_fassassi_ccd5.pdf291.23 Ko
PDF icon 2.5.discussion_ccd5.pdf156.96 Ko
PDF icon 3.0.propos_concl_mfrs_ccd5.pdf172.12 Ko
PDF icon 3.1.tdm_ccd5.pdf237.53 Ko
Image icon cdd7_-_le_droit_international_de_la_reconnaissance_page_001.jpg423.34 Ko
PDF icon cdd7_-_tdm.pdf212.41 Ko
PDF icon 101-geslin.pdf325.92 Ko
PDF icon 102-bernard.pdf284.16 Ko
PDF icon 103-perelman.pdf377.68 Ko
PDF icon 104-bourgues.pdf302.95 Ko
PDF icon 201-lazaar.pdf310.56 Ko
PDF icon 202-mbengue.pdf335.5 Ko
PDF icon 203-neri.pdf304.16 Ko
PDF icon 204-pozzatti.pdf366.8 Ko
PDF icon 205-kiki-neme.pdf456.7 Ko
PDF icon 206-radaody.pdf278.99 Ko
PDF icon 207-baghdadi.pdf253.34 Ko
PDF icon 1102-maljean-dubois.pdf296.24 Ko
PDF icon 1103-tabau-cournil.pdf370.29 Ko
PDF icon 1104-misonne.pdf414.95 Ko
PDF icon 1105-keita.pdf392.59 Ko
PDF icon 1106-auger.pdf324.08 Ko
PDF icon 1107-le_dylio.pdf305.47 Ko
PDF icon 1108-perruso.pdf341.26 Ko
PDF icon 1109-mahaim.pdf329.79 Ko
PDF icon 1110-huglo.pdf283.56 Ko
PDF icon 1111-brosset-truilhe.pdf345.02 Ko
PDF icon 1112-misonne.pdf334.31 Ko
PDF icon 1113-cournil-le_dylio-mougeolle.pdf348.07 Ko
PDF icon 1114-de_lassus_st-genies.pdf324.52 Ko
PDF icon 1115-mougeolle.pdf353.44 Ko
PDF icon 1116-gebre.pdf386.47 Ko
PDF icon 1117-cournil.pdf449.46 Ko
PDF icon 2126-spielewoy.pdf380.41 Ko
PDF icon 2127-giansetto.pdf304 Ko
PDF icon 2128-canali.pdf360.91 Ko
PDF icon 2129-fantozzi.pdf387.92 Ko
PDF icon 2130-fantozzi.pdf352.46 Ko
PDF icon 2200-titre-2.pdf118.15 Ko
PDF icon 2231-denis.pdf407.2 Ko
PDF icon 2232-colard-fabregoule.pdf353.09 Ko
PDF icon 2233-duthoit.pdf299.99 Ko
PDF icon 2234-mougeolle.pdf365.19 Ko
PDF icon 3036-mahaim-moinat-wettstein.pdf276.32 Ko
PDF icon cdd10_-_les_grandes_affaires_climatiques.pdf8.69 Mo
PDF icon 101-bernardot.pdf5.74 Mo
PDF icon 102-berthelet.pdf410.21 Ko
PDF icon 201-paiano.pdf410.88 Ko
PDF icon 202-guillot.pdf411.53 Ko
PDF icon 301-billet.pdf388.81 Ko
PDF icon 302-foucart.pdf325.84 Ko
PDF icon 401-rubio.pdf372.91 Ko
PDF icon 402-vlachou.pdf455.7 Ko
PDF icon 501-mehdi.pdf240.85 Ko